“Vis ta vie cama­rade”

L’homme à l’en­vers – Fred Var­gas

      Sabine Dugarry  sabine.dugarry@jedeviens.fr 06 37 14 68 73

Le dévoilement de la conscience

Com­bien de paroles et d’actions sont-elles dic­tées par l’inconscient ? La majo­ri­té, répondent les neu­ro­logues. Or, comme le dit Eck­hart Tölle, il n’est pas pos­sible d’appeler choix une déci­sion aveuble dont on ne mesure ni les causes, ni les consé­quences.

Mais com­ment être res­pon­sables de nos com­por­te­ments, de nos vies, et par là adultes, si nous sommes le jouet de nos peurs, de nos ins­tincts, de nos mémoires impli­cites,… ?

Ces ques­tions ont tou­jours fas­ci­né Sabine Dugar­ry. Dès lors, elle a recher­ché des tech­niques de dévoi­le­ment de la conscience. Elle les a trou­vées dans de vieux textes aus­si bien que dans des méthodes récentes : yi jing, mytho­lo­gie grecque, sophro­lo­gie.

Elle a appe­lé cette acti­vi­té « her­mé­neute » : l’art de l’interprète.

Yi Jing et mythologie grecque

Pen­dant une dizaine d’années, Sabine Dugar­ry a décou­vert le yi jing grâce à une amie éru­dite puis a appro­fon­di ses connais­sances en sui­vant les cours et la super­vi­sion de Pierre Faure. Cette for­ma­tion a été rigou­reuse et diri­gée vers l’utilisation du yi jing comme aide prag­ma­tique « à la prise de déci­sion ».

Au fil du temps, elle y a ajou­té sa patte per­son­nelle :

  • Une atten­tion aux détails, ces petits mots intri­gants qui par­sèment le livre des chan­ge­ments. Ani­maux, objets, per­son­nages : pour­quoi l’un plu­tôt que l’autre ? Quelles sont leurs signi­fi­ca­tions sym­bo­liques ?
  • Par ailleurs, elle a plon­gé au sor­tir de l’enfance dans le bain de la mytho­lo­gie grecque. Convain­cue que yi jing et mythes grecs, en tant qu’images arché­ty­pales, peuvent aider à leur com­pré­hen­sion réci­proque, elle tisse des liens entre ces deux tra­di­tions.

La sophrologie caycédienne

La sophro­lo­gie est entrée dans sa vie pour occu­per une place lais­sée vide : celle de la conscience du corps – ou de la conscience par le corps ! Elle est for­mée à la sophro­lo­gie cay­cé­dienne, méthode du neu­ro­psy­chiatre Alfon­so Cay­ce­do (créa­teur de la sophro­lo­gie).

  • La sophro­lo­gie en tant que méthode psy­cho-cor­po­relle per­met d’aller du corps à l’esprit.
  • Le yi jing comme révé­la­teur d’intuition va de l’esprit au corps.

Sa part créative.

Depuis une ving­taine d’années, elle fabrique des mobiles. Ces sus­pen­sions de toutes matières et de toutes tailles s’accrochent aux pla­fonds comme aux arbres.

Leur fabri­ca­tion est pour elle une expé­rience phy­sique autant que spi­ri­tuelle. Lorsque le point d’é­qui­libre exact est trou­vé, le mobile se meut de lui-même :

Trou­ver notre JUSTE CENTRE nous équi­libre.

L’EQUILIBRE nous libère.

La LIBERTE est mou­ve­ment…,

… et le MOUVEMENT est VIE.

 Cet appren­tis­sage a déve­lop­pé en elle la convic­tion qu’é­qui­libre, mou­ve­ment et dua­li­té sont, comme l’a­vaient com­pris les devins Chi­nois et les aèdes grecs, l’i­mage même du monde.

En 2022 / 2023

Sabine Dugar­ry par­tage son tra­vail sur les détails sur le site de l’Encyclopédie du Yi Jing

Col­la­bore à Radio Bas­tides, avec une inter­ven­tions heb­do­ma­daire : “sym­boles et conscience”

Anime des ate­liers de Yi Jing à Mon­flan­quin (Lot-et-Garonne) et à Tou­louse

https://www.jedeviens.fr