Inscriptions sur bronze

Les inscriptions sur bronze apparaissent sur des objets rituels tels que les cloches zhōng et les chaudrons tripodes dǐng durant les dynasties Shang Zhou. Le propos de ces objets était honorifique (offrande aux morts ou vivants) ou commémoratif (évènement ou mérites personnels).

 

                  

On retrouve à certains endroits du texte du Yi Jing des formules qui semblent de cette origine.

Tout d’abord gravées dans l’argile avant coulage du bronze, ces inscriptions furent ensuite gravées après la fonte directement à l’intérieur de l’objet lui-même.

Elles sont la seconde source d’écrits chinois après les inscriptions oraculaires.

Les premiers textes étaient très brefs (un à six caractères pour les plus anciens), puis finirent par atteindre jusqu’à plusieurs centaines de caractères.

A l’identique des écritures sur bambou de la même époque ces caractères étaient inscrits de haut en bas en colonnes verticales.

Les contraintes de la gravure sur bronze, de même que celle sur os ou plastron, ont poussé à simplifier et linéariser le tracé des caractères.