A l’origine 後 hòu “après” s’écrivait unique­ment avec ses com­posants de droite.  zhǐ mon­tre le bas ou l’arrière d’un pied et implique donc l’idée de suiv­re.  yāo représente une cordelette qui sym­bol­ise ce que l’on traine à sa suite. Le com­posant de gauche chì a été ajouté plus tard et indique une marche par étape, pas à pas et pré­cise l’idée de marcher posé­ment, voire lente­ment.

L’idée de “suiv­re” est très fréquente dans le Yi Jing, en par­ti­c­uli­er pour soulign­er l’in­térêt de se mod­el­er sur un flux plus vaste et “naturel”. Nous en avons ici une forme très sim­ple, “après” indi­quant une suc­ces­sion spa­tiale ou tem­porelle. Son util­i­sa­tion per­met par­fois de dif­férenci­er “avant” et “après”.