Autres Auteurs

Autres méthodes de calcul du Yi Jing

Autres méthodes de calcul du Yi Jing

Et si l’on tes­tait d’autres manières de cal­cu­ler un hexa­gramme ? Les deux méthodes tra­di­tion­nelles de tirage du Yi Jing se pra­tiquent soit avec 50 tiges d’a­chil­lée, soit avec 3 pièces de mon­naies.
Alban Sanz nous pro­pose un pano­ra­ma des autres pra­tiques les plus cou­rantes, anciennes ou modernes, mais toutes basées sur l’a­léa­toire.
A la veille des départs en vacances, CHANGEMENTS d’ha­bi­tude et d’ac­ti­vi­tés sont au pro­gramme. C’est donc à une réflexion sur l’in­té­rêt de chan­ger de pra­tique que nous vous invi­tons aujourd’­hui.

lire plus
Nouvelle méthode de tirage encore plus simple

Nouvelle méthode de tirage encore plus simple

Les méthodes du hasard On ne “tire” pas un hexa­gramme, on le cal­cule à l’aide du hasard et “d’instruments”, les deux plus connus étant, soit cin­quante tiges d’achillées (ou de bam­bou), soit trois pièces de mon­naie. J’en ai inven­té un, il y a peu, plus simple, car…

lire plus
H60 et H21, Thémis et Les Heures

H60 et H21, Thémis et Les Heures

La notion de milieu juste, d’équilibre, est fon­da­men­tale aus­si bien dans la mytho­lo­gie grecque que dans le Yi Jing. Dans les deux civi­li­sa­tions, il importe d’être en accord avec l’ordre de l’univers. Ce prin­cipe, s’il appa­raît en fili­grane par­tout chez les dieux grecs…

lire plus
Mis en perspective

Mis en perspective

Un tirage de Yi Jing engendre ce que l’on appelle un “hexa­gramme de situa­tion” auquel s’ajoute, quand il y a des traits mutants, un “hexa­gramme de perspective”.Quelles sont leurs dif­fé­rences et com­ment les inter­pré­ter ? Pour com­prendre ce que repré­sente l’hexagramme…

lire plus
Le Tigre

Le Tigre

  Le tigre, ani­mal et sym­bole, est pré­sent en Chine comme dans toutes les cultures asia­tiques. On le trouve dans les contes, le Feng shui, l’astrologie, la phar­ma­co­pée, les tombes, les déco­ra­tions… Il figure dans trois hexa­grammes : Hexa­gramme 27 頤, Nour­ri­ture,…

lire plus
Le premier trait des deux premiers hexagrammes

Le premier trait des deux premiers hexagrammes

Les pre­miers traits des hexa­grammes Élan Créa­tif 乾 et Élan Récep­tif 坤 sont des leçons d’humanité, telle qu’elle est conçue par le Yi Jing.  Ferme et souple Élan Créa­tif est ferme et Élan Récep­tif est souple. Ce qu’indique la pre­mière ligne de la Xème aile :…

lire plus

BELIER OU CHEVRE ?

  Nous allons nous pen­cher sur le sino­gramme 羊 yáng, qui appa­raît notam­ment dans l’hexagramme 34, ䷡ La Force du Grand.Dans la plu­part des tra­duc­tions fran­çaises, il désigne un « bélier ». Or 羊 yáng signi­fie tout aus­si bien ovins (la famille des mou­tons) que caprins…

lire plus

Note d’Intention

L’INTERET DES DETAILS « Le diable se cache dans les détails » (Fré­dé­ric Nietzsche ?)  Mon inté­rêt pour les détails dans les textes du Yi Jing pro­vient de dif­fi­cul­tés d’interprétation que j’ai ren­con­trées. En effet, les tra­duc­tions éru­dites dont j’ai la chance de…

lire plus

Application Tirage Yi Jing gratuit

Une appli­ca­tion gra­tuite pour Smart­phone   Par­mi de nom­breuses autres « applis » pour consul­ter le Yi Jing avec un smart­phone, il en existe une qui n’est plus main­te­nue (et n’est plus dans le Play Store) mais on peut encore la télé­char­ger sur le lien sui­vant :…

lire plus

Qualités psychiques et Trigrammes

Résu­mé des rela­tions entre les émotions/sentiments, les capa­ci­tés intellectuelles/mentales et les tri­gram­me­sEn Chine, tout appren­tis­sage de l’acupuncture passe obli­ga­toi­re­ment par une pre­mière phase d’étude, celle d’identifier l’énergie des tri­grammes. La des­crip­tion…

lire plus

Lettre de la Saison Hiver 2019–2020

Les Lettres du Mois deviennent à pré­sent “Les Lettres de la Sai­son” aux toutes nou­velles orien­ta­tions. Moins de lettres, mais plus de sen­si­bi­li­té, plus de cha­leur, plus de pro­fon­deur, en un mot, plus de Vie.Elles res­tent tou­jours ouvertes à celles et ceux…

lire plus

Du Signe Gravé au Signe Interprété

Une des pistes que je sou­haite explo­rer avec vous, vise à tis­ser des liens entre la gra­vure de sceaux chi­nois et mon étude débu­tante du Yijing. Il s’agit en pre­mier lieu d’une intui­tion, d’une impres­sion de fami­lia­ri­té qui se mani­feste entre ces deux domaines. […]…

lire plus

Jeu de dés et divination dans la Chine ancienne

Source du texte ori­gi­nal : http://www.sino-platonic.org/complete/spp121_dicing_divination_china.pdf Les liens entre le jeu et la divi­na­tion existent dans de nom­breuses cultures. Comme les deux acti­vi­tés impliquent une ten­ta­tive de pré­dire l’a­ve­nir et un choix d’ac­tions…

lire plus

Hypothèse sur l’établissement de l’Ordre des Hexagrammes du Yi Jing (2/2)

L’Ordre des Hexa­grammes : Ana­lyse simul­ta­née (suite…)
Afin donc d’ap­pro­fon­dir notre ana­lyse de l’ordre des hexa­grammes, nous éti­quet­te­rons les pre­miers types de kuas par « S » (pour Symé­trique), et les seconds types de kuas par « A » (pour Asy­mé­trique).

Nous pou­vons dans les deux cas (ordre « cano­nique » et ordre « en folie »), consta­ter une cer­taine inten­tion de rythme :

ces ordon­nan­ce­ments défi­ni­tifs ont pro­ba­ble­ment été conçus au départ, dans les deux cas, en fonc­tion d’un cer­tain rythme.
mais il et pos­sible qu’ensuite, afin d’éviter la rigi­di­té pré­sente du clas­se­ment des ver­sions anté­rieures type « Yi Jing sur soie », furent ajou­tées quelques per­mu­ta­tions . […]

lire plus

Hypothèse sur l’établissement de l’Ordre des Hexagrammes du Yi Jing (1/2)

L’Ordre des Hexa­grammes
Cet article pré­sente la ten­ta­tive de décou­verte d’une règle logique dans l’ordre des hexa­grammes dans le texte cano­nique du Yi Jing. Quelques conven­tions gra­phiques ont été déter­mi­nées afin de faci­li­ter la recherche et com­pré­hen­sion. On a pour com­men­cer choi­si de repré­sen­ter chaque hexa­gramme par une com­bi­nai­son de cou­leurs en fonc­tion des tri­grammes qui le com­posent. […]

lire plus

Correspondances entre trigrammes et corps humain (2/2)

Li : Les coins internes et externes de la sclé­ro­tique.
Ils sont en rela­tion avec le Cœur (Xin), les vais­seaux san­guins et le sang. Si le rouge gagne dans les coins, nous avons ce que nous appe­lons un « Feu du Cœur », si les coins sont d’une cou­leur trop blanche et pâle, cela signi­fie un « Vide de Sang »…

La Joie (Xi) est l’émotion du Cœur. On dit en M.T.C. que « l’excès de Joie nuit au Cœur ». En effet, la Joie relâche le Qi. […]

lire plus

Oreilles et Tambours


Situa­tion
5 Décembre 2013. Voi­la que depuis quelques jours j’ai un pro­blème d’au­di­tion à l’o­reille droite. Je ne per­çois plus les fré­quences dans les hauts aigus. Ce n’est pas la pre­mière fois que j’ai affaire avec ce genre de han­di­cap audi­tif. Aucun trau­ma audi­tif puisque je n’ai pas été agres­sé par trop de bruit ou de musique (comme c’est trop sou­vent le cas chez les jeunes cas­qués…). […]
lire plus

Moi, Confucius – José Frèches (2/2)


Roman ou pas roman ?
Au cours de la cor­res­pon­dance qui a pré­cé­dé la rédac­tion de la pré­sen­ta­tion de “Moi, Confu­cius”, Alain a été intri­gué par l’é­ti­quette “Roman” acco­lée par l’é­di­teur à cet ouvrage.

Jean Levi, grand spé­cia­liste de Tchouang Tseu et de Confu­cius, a lui aus­si dédié un pre­mier livre à Maître Kong sous forme de roman “Le Rêve de Confu­cius”, et publié plus récem­ment un essai fort brillant mais sobre­ment inti­tu­lé “Confu­cius”. Ces deux titres sont bien sûr tous deux réfé­ren­cés dans notre Biblio­gra­phie.

A pro­pos du der­nier livre de José Frèches,  voi­ci repro­duit le conte­nu de notre échange :
Alain […]

lire plus

Moi, Confucius – José Frèches (1/2)

“Moi, Confu­cius” de José Frèches
Ecrit à la pre­mière per­sonne, ce livre se lit très faci­le­ment et nous plonge dans la Chine de cette époque avec ses divi­sions et ses pro­blèmes poli­tiques.

Confu­cius raconte très sim­ple­ment sa vie de let­tré non for­tu­né, ses aspi­ra­tions, ses joies, ses décep­tions, ses frus­tra­tions, ses dis­ciples qu’il appelle ses élèves et son désir de conseiller les gou­ver­nants. […]

lire plus

L’hexagramme Fétiche (2/2)

J’ai pas­sé plus de 40 ans de ma vie à faire de la pho­to­gra­phie, de la prise de vues et du labo­ra­toire. Avant cela j’ai été un astro­nome ama­teur pas­sion­né. Encore et tou­jours une ques­tion de vision, d’œil, de regard, d’observation. Puis tout cela m’a dou­ce­ment quit­té pour la recherche inté­rieure, la psy­ché, la spi­ri­tua­li­té, les tré­sors cachés aux fins fonds de la conscience. La lumière phy­sique, concrète, exté­rieure, a donc cédé sa place à la lumière inté­rieure. Paral­lè­le­ment, ma der­nière acti­vi­té spor­tive fut le tir à l’arc. […]

lire plus

L’Hexagramme Fétiche (1/2)

Vous qui mani­pu­lez ce bon vieux Yi Jing depuis pas mal d’an­nées, ne me dites pas que vous n’a­vez pas un ou plu­sieurs hexa­grammes que vous aimez bien. Contem­plez donc ces der­niers et médi­tez sur eux, l’un après l’autre, en pre­nant tout votre temps. […]

lire plus

Les Hexagrammes Nucléaires dans le Diagramme de Shao Yong

Le Dia­gramme de Shao Yong Rap­pe­lons que ce Dia­gramme est l’œuvre de Shao Yong, numé­ro­logue et poète chi­nois qui vécu au XIIème siècle. Il est consti­tué d’une struc­ture “céleste” cir­cu­laire entou­rant une struc­ture “ter­restre” car­rée. Ce dia­gramme, de par sa construc­tion, est mul­ti­di­men­sion­nel. Nous pou­vons le consi­dé­rer tout à la fois comme un Man­da­la “Palais” avec ses portes et niveaux ou comme une struc­ture cyclique avec ses phases où cir­culent des “éner­gies”. D’autres struc­tures internes, encore mécon­nues, feront, à n’en point dou­ter, leur appa­ri­tion dans l’a­ve­nir car ce dia­gramme est loin de nous avoir livré tous ses secrets. […]

lire plus

Le diagramme de Shao Yong (2/2)

Le dia­gramme se décom­pose en un cercle (sym­bo­lique céleste) dont la struc­ture est cal­quée sur celle du Ciel Anté­rieur et un car­ré (sym­bo­lique ter­restre) dont la struc­ture est appa­rem­ment cal­quée sur celle du Ciel pos­té­rieur. Je me suis donc atta­ché à médi­ter uni­que­ment sur la struc­ture céleste cir­cu­laire, celle- ci répon­dant par­fai­te­ment à la struc­ture du Cycle de l’Être. Pour ce faire je suis par­ti des tri­grammes ordon­nan­cés sui­vant la struc­ture du Ciel Anté­rieur en opé­rant un néces­saire démon­tage du Tai Ji et de ce fameux Ciel afin que mes expli­ca­tions soient les plus claires pos­sibles. […]

lire plus

La structure inconsciente et le Yi King (Ju Fei)

Chro­nique de lec­ture : Depuis une dizaine d’années, la psy­cha­na­lyse a fait une per­cée en Chine. Quel écho peut sus­ci­ter la décou­verte freu­dienne de l’inconscient prô­nant une théo­rie du sujet divi­sé entre savoir et véri­té, dans cette culture mil­lé­naire, où l’homme situé entre Ciel et Terre tend à l’unité cos­mo­lo­gique ? Dans son livre, Ju Fei tente de mettre en rap­port ces deux modes de concep­tion de l’humain. Il débute par une étude appro­fon­die du fonc­tion­ne­ment de l’inconscient tel que Lacan, à la suite de Freud, l’a concep­tua­li­sé. […]

lire plus

Le Diagramme de Shao Yong (1/2)

Très tôt, bien avant les pro­ces­sus de civi­li­sa­tion, les hommes ont struc­tu­ré leur vie sur les cycles cos­miques. Les plus évi­dents étant la rela­tion de la Terre au Soleil, qu’elle soit jour­na­lière ou annuelle (sai­son­nière), et la rela­tion de la Lune au soleil avec ses aspects si carac­té­ris­tiques. Dans toutes les tra­di­tions nous retrou­vons ces rela­tions, concré­ti­sées sous la forme abou­tie de des­sins, carac­té­ri­sés par des struc­tures redon­dantes, cir­cu­laires ou car­rées, à quatre sec­tions typées. […]

lire plus

Le Festival de K’an

 Le Fes­ti­val de k’an est le Fes­ti­val des salles obs­cures où la lumière nous raconte des his­toires. Alors, est-ce bien le Fes­ti­val de K’an ou le Fes­ti­val de Li ? Tout com­men­ça en 1895 grâce aux Frères Lumière1, avec la mise au point du ciné­ma­to­graphe. Ose­­rai-je les appe­ler les Frères Li ? L’aventure avait com­men­cé pour eux avec la pho­to­gra­phie et, comme si cela ne suf­fi­sait pas aux yeux de ces ingé­nieux mes­sieurs, ils vou­lurent y inclure le mou­ve­ment par la suc­ces­sion d’images. […]

lire plus

Deux artistes inspirés par le Yin Yang ? (3/3)

M.C. Escher – Troi­sième volet de “Deux artistes ins­pi­rés par le Yin Yang ?” Haut & Bas – 1947 Conci­lia­tion de points de vues oppo­sés ou récon­ci­lia­tion des com­plé­men­taires ?             A nous de choi­sir l’un ou l’autre ou les deux à la fois. Notre cer­veau gauche abdique devant ce spec­tacle qu’il ne sau­rait conce­voir. Pour lui c’est sol OU pla­fond. Seul son confrère droit est apte à sai­sir de quoi il pour­rait s’agir. Être tout à la fois sol ET pla­fond. Cer­tains l’ont vécu dans leur chair lors d’une expé­rience de mort immi­nente ou dans l’instant sublime de l’Éveil. […]

lire plus

Deux artistes inspirés par le Yin Yang ? (2/3)

Deuxième volet de “Deux artistes ins­pi­rés par le Yin Yang ?” Mau­rits Cor­ne­lis ESCHER M.C. ESCHER (1898–1972) est sans conteste pos­sible l’ar­tiste le plus ins­pi­ré au niveau de la trans­crip­tion gra­phique des para­doxes en tous genres. Ses des­sins et gra­vures, tou­jours struc­tu­rés dans une pré­ci­sion mathé­ma­tique éton­nante, et d’une remar­quable esthé­tique, nous plongent dans des uni­vers impos­sibles qui sti­mulent notre men­tal sans qu’il soit pos­sible à ce der­nier d’y trou­ver une quel­conque logique. Visuel­le­ment, les des­sins de Escher se com­portent, vis à vis de nous, à la manière des Koans du Zen. […]

lire plus

Deux artistes inspirés par le Yin Yang ? (1/3)

Il m’a sem­blé inté­res­sant de pré­sen­ter suc­cinc­te­ment cer­taines œuvres ins­pi­rées de deux créa­teurs occi­den­taux ; Rem­brandt et MC Escher, œuvres dans les­quelles semblent trans­pi­rer le Yin Yang. Ces deux créa­teurs avaient-ils connais­sance de ces deux faces du monde, ces mani­fes­ta­tions de l’u­ni­vers, cise­lées par les orien­taux ? Peut-être, pour ce qui est de MC Escher, sur­ement pas pour Rem­brandt. Quoi qu’il en soit, l’un comme l’autre, récep­tifs aux “choses sen­sibles de ce monde”, ont su tra­duire en gra­phie ce qu’il est si dif­fi­cile de faire avec des mots et des phrases. […]

lire plus

Faut-il tuer le Yi Jing ?

A mon avis, seuls les Hexa­grammes sont impor­tants car ils “répondent” dans et par leurs des­sins, si ce n’est là leur des­sein que de “répondre” car les Hexa­grammes ne répondent pas, seul le Yi Jing répond dans les textes. Mais de quelle façon ? Les com­men­taires et autres écrits, étant d’ins­pi­ra­tion chi­noise, sont bien évi­dem­ment néces­saires mais point suf­fi­sants, il s’en faut. Il “serait bon” qu’ils soient ali­men­tés et ampli­fiés au fil des époques et des âges par la dé-colo­­ra­­tion que peuvent et doivent ame­ner les nou­velles orien­ta­tions, vues et décou­vertes de ces der­niers. […]

lire plus