Comment utiliser le Yi Jing ?

C’est la méthode tra­di­tion­nelle la plus simple et la plus rapide !

Comment utiliser le Yi Jing ?

Pour uti­li­ser le Yi Jing effi­ca­ce­ment, vous pou­vez suivre dif­fé­rentes méthodes. L’une d’elles consiste à jeter trois pièces de mon­naie afin d’ob­te­nir une com­bi­nai­son de traits qui forment un hexa­gramme spé­ci­fique. Il suf­fit ensuite de lire et inter­pré­ter les textes cor­res­pon­dants pour com­prendre les ensei­gne­ments qui en découlent.

Présentation en vidéo (15 mn)

1 – Lancer les Pièces

Se munir de 3 pièces de mon­naie

Au côté Pile cor­res­pond le chiffre 2, au côté Face le chiffre 3

⇒ Vous pou­vez aus­si choi­sir la conven­tion inverse (Pile = 3 ; Face = 2), mais si vous pre­nez des pièces de deux euros le côté Pile affiche déjà le chiffre 2.

1- Lan­cer les pièces

2- Noter le total des 3 chiffres obte­nus

Recom­men­cer cette opé­ra­tion encore 5 fois

Noter les 6 résul­tats dans l’ordre de leur appa­ri­tion.

Comment utiliser le Yi Jing ?

2 – Tracer les Hexagrammes

Un hexa­gramme est un ensemble de 6 traits hori­zon­taux. On les trace de bas en haut, comme la crois­sance du végé­tal ; le pre­mier trait est donc celui du bas.

 

Ces traits sont soit yang (trait conti­nu) :

…soit yin (trait dis­con­ti­nu) :

 

Mais un trait yang peut se trans­for­mer en yin : on signale alors par un cercle ce trait mutant :

Lors­qu’il s’a­git d’un trait yin qui se trans­forme en yang, on indique par une croix cet autre type de trait mutant :

  

S’il n’y a aucun trait mutant on n’obtient qu’un seul hexa­gramme.

Les traits mutants se trans­forment de yin en yang ou inver­se­ment. Leur chan­ge­ment fait évo­luer un hexa­gramme vers un autre hexa­gramme.

Le pre­mier hexa­gramme est prin­ci­pal et nom­mé hexa­gramme de situa­tion.

Le second hexa­gramme est appe­lé hexa­gramme de pers­pec­tive.

  • Le pre­mier lan­cé cor­res­pond au trait du bas. Il faut donc, avant de le tra­cer, lais­ser suf­fi­sam­ment de place sur la feuille pour les 5 autres traits au-des­sus de lui.
  • Le total obte­nu cor­res­pond for­cé­ment à l’UNE des QUATRE pos­si­bi­li­tés sui­vantes :

EXEMPLES :

  • Pre­mier lan­cé : Si le total des pièces est 9, il faut tra­cer un trait yang (conti­nu) pour l’hexa­gramme de situa­tion et un trait yin (dis­con­ti­nu) pour l’hexa­gramme de pers­pec­tive :

 

  • Deuxième lan­cé : Le second trait doit être tra­cé au-des­sus du pre­mier. Si le total des pièces est 7 l’en­semble du tra­cé devient donc :

 

  • Pro­cé­der de même pour les 4 traits sui­vants on obtient donc un ou deux hexa­grammes. Un exemple au hasard :

 

3 – Déterminer les Numéros des Hexagrammes

  • Afin de déter­mi­ner les numé­ros de cha­cun des hexa­grammes il suf­fit de se repor­ter au tableau sui­vant :

 

Retrou­ver un hexa­gramme

  • Dans notre exemple pour obte­nir le numé­ro du pre­mier hexa­gramme on recherche dans la colonne de droite la ligne à laquelle appar­tient le tri­gramme (les trois traits) du bas , puis dans la ligne du haut la colonne à laquelle appar­tient le tri­gramme .
  • Le numé­ro de l’hexa­gramme se trouve à l’in­ter­sec­tion de cette ligne et cette colonne : 26. On peut ins­crire ce numé­ro sous le pre­mier hexa­gramme.

  • On déter­mine de la même façon le numé­ro du second hexa­gramme (dans notre exemple : 50).

  • Que l’on peut éga­le­ment repor­ter sous le second hexa­gramme.


Il existe une forme plus ancienne de tirage du Yi Jing, dite ”Méthode des Baguettes”. Contrai­re­ment à la méthode des pièces de mon­naie qui est plus rapide, l’u­ti­li­sa­tion des baguettes demande plus de temps et de concen­tra­tion, ce qui en fait une forme de médi­ta­tion à part entière. Pour pra­ti­quer ce tirage, il vous fau­dra 50 baguettes d’a­chil­lée ou de bam­bou. Les étapes com­prennent le comp­tage, la sépa­ra­tion des tas et la dis­po­si­tion des baguettes entre les doigts.

Les deux pro­ces­sus, pièces ou baguettes, sont les formes tra­di­tion­nelles les plus cou­rantes de consul­ta­tion du Yi Jing. Toutes deux vous per­met­tront d’ob­te­nir des réponses pro­fondes et éclai­rantes sur vos ques­tions.

La méthode des baguettes


CRÉDITS IMAGES : Alain Leroy retou­chées par Pierre Lau­tier.