La gra­phie ori­gi­nelle de jǐng repré­sen­tait un ter­rain divi­sé en neuf par­ties égales. La zone cen­trale conte­nait un puits acces­sible à tous, les zones péri­phé­riques étant attri­buées à dif­fé­rentes familles. jǐng exprime donc le prin­cipe de répar­ti­tion selon ce sys­tème et avait pour sens ini­tial terres, champs.

Mais d’autres inter­prètes voient en jǐng l’i­mage d’une tête de puits : enca­dre­ment car­ré par croi­se­ment de bois ver­ti­caux et hori­zon­taux.

jǐng est donc l’i­mage d’un cadre arti­fi­ciel autour d’une réa­li­té natu­relle pro­fonde.