Craignant de m’ennuyer lors de ce long weekend de l’Ascension, j’ai jugé prudent (?) d’ajouter un nouveau projet à ma déjà longue liste pour 2022…
 

« Texte et traduction des Petites Images »

 
386 nouveaux chapitres viennent ainsi compléter les pages « Hexagramme » de l’Encyclopédie du Yi Jing
 
 
Le Commentaire sur les Images
象停 xiang zhuan  » Le Commentaire sur les Images  » correspond aux 3ème et 4ème des 十翼 shi yi « Dix Ailes ». 
La 3ème Aile correspond aux hexagrammes 1 à 30, alors que la 4ème concerne les hexagrammes 31 à 64. Cette séparation en deux sections, assez tardive, participe à l’artifice numérique qui fit passer le nombre initial des Ailes de sept à dix, ce dernier chiffre exprimant mieux l’idée de complétude et de perfection. 
 
Deux ouvrages différents
Les premières traces du  » Commentaire sur les Images « remontent au 3ème siècle avant notre ère, mais il est probable que deux ouvrages différents soient à son origine :
Vous êtes déjà familiers avec le premier: il s’agit de  大象博 da xiang zhuan le « Commentaire sur les Grandes Images ». A raison d’un texte pour chaque hexagramme (que nous appelons plus couramment « Grande Image ») il est, comme le Jugement, un commentaire sur l’ensemble de l’hexagramme.
 
Les petites Images
Le second texte, 小象博 xiao xiang zhuan « Commentaire sur les Petites Images » est constitué de commentaires sur chacun des 386 textes associés aux traits. Assez structuré, il reprend souvent des fragments du commentaire initial, qu’il justifie en s’appuyant sur la nature des lignes ou leurs positions relatives, pour en déduire si le contexte est propice ou non.
 
De même que la Grande Image s’appuie sur la nature des trigrammes et leur position relative, une pratique similaire est mobilisée dans les Petites Images au sujet des traits. Une logique graphique et un vocabulaire spécifique en constituent l’ossature. On y trouve par exemple les notions de « Positions correspondantes », « Position centrale », « Position correcte », « Supporter », « S’appuyer sur », « Aspirer »…
 
Des petites Images pour quoi faire ?
Le propos des Petites Images est donc de répondre à la perplexité que peut causer l’hétérogénéité des figures métaphoriques illustrant le texte des traits. Une image est supposée valoir mieux qu’un long lointain discours. De même que la Grande Image propose un cadre et une vision synthétiques via la combinaison des huit trigrammes, le minimalisme du vocabulaire graphique basé sur la nature et la position relative des traits offre un précieux repérage pour l’interprétation des textes.
 
La traduction, toujours la traduction…
La lecture graphique devrait donc nous permettre de mieux saisir le sens des expressions utilisées. Lorsqu’un mot offre plusieurs possibilités de traduction, il sera également plus aisé d’en déterminer les plus appropriés. 
Mais un point de vue complémentaire est également ouvert par l’hexagramme dérivé : produit de la mutation du trait, il recèle souvent, lui-aussi, un éclairage sur la direction que pointe le trait. 
Nous sommes convaincus que la conjugaison de ces deux approches débouchera sur une meilleure traduction du texte des traits. Une meilleure traduction conduira, lors des tirages, à une adéquation plus précise avec les situations abordées. Cette meilleure adéquation nous permettra en définitive d’offrir une interprétation plus vive.
 
Ce qu’il reste à faire
Sont donc disponibles dès aujourd’hui, pour chacun des 386 traits :
– le texte chinois complet 
– le même texte divisé en segments de phrases (avec des liens hypertexte vers les pages caractères correspondantes)
– la prononciation en pinyin
– un premier jet du mot-à-mot correspondant
 
 
Il manque à ce jour :
– 25 pages « caractère » correspondant à des mots qui n’existent pas encore dans notre base de données
– un mot-à-mot plus approprié au contexte des Petites Images
– la traduction en phrases !
 
…Un peu d’informatique

POURQUOI ET COMMENT PURGER LE CACHE DE SON NAVIGATEUR?

Purger le cache de son navigateur permet de recharger les fichiers depuis le serveur. Si il y a eu des modifications sur les fichiers il faut parfois « purger son cache » pour voir apparaître les modifications. Sinon, une version plus ancienne du fichier sera appelée en local.
 
Les mises à jour fréquentes du site peuvent ainsi générer des erreurs d’affichage. Je fais tout ce qu’il faut du côté des serveurs, mais en ce qui concerne votre navigateur c’est à vous de faire le boulot 🙂
 

Voici, pour les navigateurs les plus fréquents, les combinaisons de touches, les raccourcis-clavier qui permettent de recharger une page en purgeant le cache :

– Chrome (Windows) : Ctrl + F5 ou Maj + F5 ou Maj + Ctrl + R
– Chrome (Mac OS) : ⌘ + Maj + R
– Chrome (Linux) : Maj + Ctrl + R
 
– Firefox (Windows et Linux) : Ctrl + F5 ou Maj + Ctrl + R
– Firefox (Mac OS) : Maj + ⌘ + R
 
– Edge : Ctrl + F5
– Internet Explorer : Ctrl + F5 ou Alt + X
 
– Safari : Pas de raccourci ! Allez dans Safari > Vider le cache
 
– Téléphone mobile :  le moyen le plus simple consiste à ouvrir la page dans un onglet de navigation privée.