Crai­gnant de m’en­nuyer lors de ce long wee­kend de l’As­cen­sion, j’ai jugé pru­dent (?) d’a­jou­ter un nou­veau pro­jet à ma déjà longue liste pour 2022…
 

“Texte et traduction des Petites Images”

 
386 nou­veaux cha­pitres viennent ain­si com­plé­ter les pages “Hexa­gramme” de l’En­cy­clo­pé­die du Yi Jing
 
 
Le Com­men­taire sur les Images
象停 xiang zhuan ” Le Com­men­taire sur les Images ” cor­res­pond aux 3ème et 4ème des 十翼 shi yi « Dix Ailes ». 
La 3ème Aile cor­res­pond aux hexa­grammes 1 à 30, alors que la 4ème concerne les hexa­grammes 31 à 64. Cette sépa­ra­tion en deux sec­tions, assez tar­dive, par­ti­cipe à l’ar­ti­fice numé­rique qui fit pas­ser le nombre ini­tial des Ailes de sept à dix, ce der­nier chiffre expri­mant mieux l’i­dée de com­plé­tude et de per­fec­tion. 
 
Deux ouvrages dif­fé­rents
Les pre­mières traces du ” Com­men­taire sur les Images “remontent au 3ème siècle avant notre ère, mais il est pro­bable que deux ouvrages dif­fé­rents soient à son ori­gine :
Vous êtes déjà fami­liers avec le pre­mier : il s’a­git de  大象博 da xiang zhuan le « Com­men­taire sur les Grandes Images ». A rai­son d’un texte pour chaque hexa­gramme (que nous appe­lons plus cou­ram­ment “Grande Image”) il est, comme le Juge­ment, un com­men­taire sur l’en­semble de l’hexa­gramme.
 
Les petites Images
Le second texte, 小象博 xiao xiang zhuan « Com­men­taire sur les Petites Images » est consti­tué de com­men­taires sur cha­cun des 386 textes asso­ciés aux traits. Assez struc­tu­ré, il reprend sou­vent des frag­ments du com­men­taire ini­tial, qu’il jus­ti­fie en s’ap­puyant sur la nature des lignes ou leurs posi­tions rela­tives, pour en déduire si le contexte est pro­pice ou non.
 
De même que la Grande Image s’ap­puie sur la nature des tri­grammes et leur posi­tion rela­tive, une pra­tique simi­laire est mobi­li­sée dans les Petites Images au sujet des traits. Une logique gra­phique et un voca­bu­laire spé­ci­fique en consti­tuent l’os­sa­ture. On y trouve par exemple les notions de “Posi­tions cor­res­pon­dantes”, “Posi­tion cen­trale”, “Posi­tion cor­recte”, “Sup­por­ter”, “S’ap­puyer sur”, “Aspi­rer”…
 
Des petites Images pour quoi faire ?
Le pro­pos des Petites Images est donc de répondre à la per­plexi­té que peut cau­ser l’hé­té­ro­gé­néi­té des figures méta­pho­riques illus­trant le texte des traits. Une image est sup­po­sée valoir mieux qu’un long loin­tain dis­cours. De même que la Grande Image pro­pose un cadre et une vision syn­thé­tiques via la com­bi­nai­son des huit tri­grammes, le mini­ma­lisme du voca­bu­laire gra­phique basé sur la nature et la posi­tion rela­tive des traits offre un pré­cieux repé­rage pour l’in­ter­pré­ta­tion des textes.
 
La tra­duc­tion, tou­jours la tra­duc­tion…
La lec­ture gra­phique devrait donc nous per­mettre de mieux sai­sir le sens des expres­sions uti­li­sées. Lors­qu’un mot offre plu­sieurs pos­si­bi­li­tés de tra­duc­tion, il sera éga­le­ment plus aisé d’en déter­mi­ner les plus appro­priés. 
Mais un point de vue com­plé­men­taire est éga­le­ment ouvert par l’hexa­gramme déri­vé : pro­duit de la muta­tion du trait, il recèle sou­vent, lui-aus­si, un éclai­rage sur la direc­tion que pointe le trait. 
Nous sommes convain­cus que la conju­gai­son de ces deux approches débou­che­ra sur une meilleure tra­duc­tion du texte des traits. Une meilleure tra­duc­tion condui­ra, lors des tirages, à une adé­qua­tion plus pré­cise avec les situa­tions abor­dées. Cette meilleure adé­qua­tion nous per­met­tra en défi­ni­tive d’of­frir une inter­pré­ta­tion plus vive.
 
Ce qu’il reste à faire
Sont donc dis­po­nibles dès aujourd’­hui, pour cha­cun des 386 traits :
- le texte chi­nois com­plet 
- le même texte divi­sé en seg­ments de phrases (avec des liens hyper­texte vers les pages carac­tères cor­res­pon­dantes)
- la pro­non­cia­tion en pinyin
- un pre­mier jet du mot-à-mot cor­res­pon­dant
 
 
Il manque à ce jour :
- 25 pages “carac­tère” cor­res­pon­dant à des mots qui n’existent pas encore dans notre base de don­nées
- un mot-à-mot plus appro­prié au contexte des Petites Images
- la tra­duc­tion en phrases !
 
…Un peu d’in­for­ma­tique

POURQUOI ET COMMENT PURGER LE CACHE DE SON NAVIGATEUR ?

Pur­ger le cache de son navi­ga­teur per­met de rechar­ger les fichiers depuis le ser­veur. Si il y a eu des modi­fi­ca­tions sur les fichiers il faut par­fois “pur­ger son cache” pour voir appa­raître les modi­fi­ca­tions. Sinon, une ver­sion plus ancienne du fichier sera appe­lée en local.
 
Les mises à jour fré­quentes du site peuvent ain­si géné­rer des erreurs d’af­fi­chage. Je fais tout ce qu’il faut du côté des ser­veurs, mais en ce qui concerne votre navi­ga­teur c’est à vous de faire le bou­lot 🙂
 

Voi­ci, pour les navi­ga­teurs les plus fré­quents, les com­bi­nai­sons de touches, les rac­cour­cis-cla­vier qui per­mettent de rechar­ger une page en pur­geant le cache :

- Chrome (Win­dows) : Ctrl + F5 ou Maj + F5 ou Maj + Ctrl + R
- Chrome (Mac OS) : ⌘ + Maj + R
- Chrome (Linux) : Maj + Ctrl + R
 
- Fire­fox (Win­dows et Linux) : Ctrl + F5 ou Maj + Ctrl + R
- Fire­fox (Mac OS) : Maj + ⌘ + R
 
- Edge : Ctrl + F5
- Inter­net Explo­rer : Ctrl + F5 ou Alt + X
 
- Safa­ri : Pas de rac­cour­ci ! Allez dans Safa­ri > Vider le cache
 
- Télé­phone mobile :  le moyen le plus simple consiste à ouvrir la page dans un onglet de navi­ga­tion pri­vée.