Nous serons par­ve­nus, d’i­ci la fin de l’é­té, au terme de notre che­mi­ne­ment au cœur des Carac­tères-Titres, paren­thèse dans la très très longue aven­ture des Carac­tères du Jeu­di.

Faire par­ler la langue d’a­vant la langue c’est ce que per­met l’é­cri­ture chi­noise. Sa lec­ture, dans notre étude du Yi Jing, est donc l’op­por­tu­ni­té de com­men­cer à en expri­mer ce qui est hors-lan­gage, de nous libé­rer du pré-texte divi­na­toire et de ten­ter ain­si de rejoindre l’a­ven­ture du Zhuang Zi (Chouang Tseu).

Plu­sieurs spé­cia­listes fran­co­phones nous offrent la chance de péné­trer le Zhuang Zi, l’une des deux âmes du Taoïsme : Jean-Fran­çois Bille­ter bien sûr, mais encore, pour ne citer que les plus connus, Jean Levi, et aujourd’­hui Romain Gra­zia­ni.

L’é­mis­sion La Conver­sa­tion Scien­ti­fique, sur France Culture, consacre tout l’é­té à une explo­ra­tion des facettes de l’i­ma­gi­naire. Mer­ci à Pierre Lau­tier de nous avoir indi­qué que ce same­di 22 juillet, de 16h00 à 17h00, Romain Gra­zia­ni y prend pour point de départ le début d’une affir­ma­tion énig­ma­tique de Jacques Lacan :

“Tout le monde n’a pas le bon­heur de par­ler chi­nois dans sa propre langue, pour qu’elle en soit un dia­lecte.”

La phrase com­plète, pro­non­cée début 1971 lors du sémi­naire “D’un dis­cours qui ne serait pas du sem­blant”, se réfé­rant à de nom­breuses reprises aux textes de Men­cius (pen­seur confu­céen contem­po­rain de Zhuang Zi)  est :

“Tout le monde n’a pas le bon­heur de par­ler chi­nois dans sa langue, pour qu’elle en soit un dia­lecte, ni sur­tout, — point plus fort — d’en avoir pris une écri­ture à sa langue si étran­gère que ça y rende tan­gible à chaque ins­tant la dis­tance de la pen­sée, soit de l’in­cons­cient à la parole.”

Pour Jacques Lacan, les lois du Ciel n’é­taient rien d’autre que les lois du désir, l’in­ter­pré­ta­tion des signes en mots condui­sant au sens.

Voi­ci pour nous, une ines­ti­mable occa­sion de com­prendre com­ment extraire le joyau Yi Jing de l’a­vi­lis­se­ment d’une gangue qui le limi­te­rait à un outil d’aide à la déci­sion.

Si vous man­quez le ren­dez-vous, l’é­mis­sion reste dis­po­nible en pod­cast !