Pour ne pas se perdre dans les steppes de l’imaginaire…

Dominique Bon­paix

 

UN PROTOCOLE D’ANALYSE DE TIRAGE

Avant de com­mencer les analy­ses de tirages, il serait sans doute bon d’en rap­pel­er le pro­to­cole énon­cé par le Cen­tre Djo­hi. Cette méth­ode per­met non seule­ment d’affiner la réponse mais sert surtout de garde-fou pour ne pas que notre imag­i­na­tion aille à tout va se per­dre joyeuse­ment (ou non) sur de fauss­es pistes.

Nous avons donc dif­férentes grilles d’analyse tra­di­tion­nelles qui nous servi­ront de cadre.

J’ai pu con­stater, au cours de nom­breuses années d’expériences, d’échanges et d’étude autour du Yi Jing l’intérêt de ce recadrage pour moi-même et la solid­ité que cela con­fère à ceux qui l’utilisent.

Les piliers de la méthode d’analyse

1- L’hexagramme obtenu en réponse s’appelle « hexa­gramme de sit­u­a­tion ».
L’analyse visuelle de la fig­ure obtenue apporte déjà beau­coup de ren­seigne­ments sur le tirage :
• Nom­bre et répar­ti­tion des traits Yin et Yang
• Tri­grammes
• Les trois niveaux : Ciel / Homme / Terre

2- La recherche de com­plé­ments d’information sur l’hexagramme de sit­u­a­tion va se faire par l’analyse de deux autres hexa­grammes tirés du pre­mier :
• L’hexagramme opposé (ce que n’est pas la sit­u­a­tion)
Il s’obtient en rem­plaçant chaque trait Yin par un trait Yang, et inverse­ment.
• L’hexagramme nucléaire (la dynamique interne, le moteur de la sit­u­a­tion)
Il s’obtient à par­tir des qua­tre traits cen­traux de l’hexagramme de sit­u­a­tion.

3- Si l’hexagramme a des traits dits « mutants », nous allons obtenir en plus un « hexa­gramme de per­spec­tive ». Ce dernier ne représente pas l’avenir, mais ce vers quoi tend la sit­u­a­tion présente. Ou pour­rait dire : « la sit­u­a­tion est grosse de… »

4- Les traits mutants, quant‑à eux, sont des clig­no­tants qui sig­na­lent : atten­tion, c’est là que ça se passe pour vous main­tenant. Pour mieux les com­pren­dre, il faut tenir compte :
• De l’hexagramme dérivé qui vient « habiter » le trait mutant pour nous aider à mieux saisir de quoi il s’agit. Il s’obtient en faisant muter un seul trait.
• De l’emplacement des traits mutants au sein de l’hexagramme (en fonc­tion des six niveaux, mais aus­si des rela­tions de cor­re­spon­dances et de voisi­nage).

Rappel du protocole

1 — Collecter toutes les infos possibles.

cumuler

Voici un sché­ma résumant les étapes impor­tantes de l’analyse d’un tirage

2 — Etaler toutes ces infos et les regarder sans apriori

 

étaler

3 — Revenir à la question

interro

Revenir à la ques­tion per­met de recen­tr­er la réponse, de ne pas dérap­er vers d’autres prob­lé­ma­tiques.

Se deman­der en quoi cela me con­cerne et con­cerne ma ques­tion ?

 

4 — Sélectionner et regrouper les infos

sélection

5 — Faire le tri

tri

Les infor­ma­tions col­lec­tées n’ont pas toutes le même niveau d’intérêt.

Les hiérar­chis­er.

Plus les infos sont répétées, plus elles sont impor­tantes.

Cer­taines peu­vent ne pas être pris­es en compte : Trop d’informations tuent l’information.

Ensuite, regarder les con­nec­tions graphiques et textuelles qui appa­rais­sent. Laiss­er cohab­iter libre­ment les élé­ments du tirage. Laiss­er les con­nec­tions s’établir. Le Yi Jing est comme une cham­bre d’écho où des con­nec­tions internes et exclu­sives se for­ment avec nous-même. Tout à coup, « on sait », on com­prend quelque chose que nous n’avions même jamais imag­iné. Et cela s’est fait sans réfléchir. On n’est plus aux com­man­des. C’est alors l’ouverture intu­itive.

Plus les infos sont répétées, plus elles sont impor­tantes :

C’est la théorie des ensem­bles. Voici un exem­ple de quelques don­nées obtenues par la méth­ode d’analyse.

 

 

A chaque fois qu’une grille d’analyse (texte canon­ique, nucléaire, opposé mais aus­si fig­ure, tri­grammes, dérivés etc.) a des infor­ma­tions com­munes avec une autre, elles se jux­ta­posent sur les points mis en lumière par le tirage.

Ce sont des plages de croise­ment : plus on se rap­proche du cen­tre, plus cumu­lent et se resser­rent les infor­ma­tions, et plus on se rap­proche de la réponse.

 

déco-bon