[…] Qian et Kun traitent plu­tôt de deux dimen­sions paral­lèles et invi­sibles dans les­quelles l’esprit humain pénètre natu­rel­le­ment parce qu’ils sont des pièces de sa rési­dence prin­ci­pale, qui ne sont pas seule­ment le corps comme le pensent les occi­den­taux. ​[…]