dispute

Expliquer le dispositif

Il semble que le Yi Jing fonc­tionne…

Mais com­ment ce “dis­po­si­tif”, cet assem­blage dyna­mique, se jus­ti­fie-t-il, s’explique-t-il ?

Les Dix Ailes répondent à cette ques­tion selon deux modes :

  • Ele­ver la pra­tique divi­na­toire ini­tiale au niveau d’un sys­tème de pen­sée cos­mo­lo­gique ou phi­lo­so­phique
  • Eta­blir un lien péda­go­gique entre le sys­tème gra­phique et les textes.

Au début étaient les hexagrammes…

Au cœur du Livre des Chan­ge­ments sont les hexa­grammes, un ensemble rigou­reux et com­plet de varia­tions gra­phiques à 6 traits.

Autour de ces figures à six traits fut col­lec­té un cor­pus à la fois struc­tu­ré et hété­ro­clite de réfé­rences, méta­phores et pro­nos­tics : le Zhouyi :

  • à la figure glo­bale de chaque hexa­gramme fut asso­cié un 彖 tuàn « Juge­ment »,
  • tan­dis qu’à chaque trait cor­res­pon­daient des 爻辞 yáo cí « Remarques sur les traits ».

Les Dix Ailes

Beau­coup plus tard fut sélec­tion­né, par­mi un foi­son­ne­ment de textes de diverses ori­gines et époques, un ensemble de com­men­taires qui tentent d’expliquer le fonc­tion­ne­ment du Livre des Chan­ge­ments. Cer­tains d’entre eux sont très répu­tés ou ont été pro­gres­si­ve­ment inté­grés au Yi Jing :

  • La Cin­quième et la Sixième Ailes consti­tuent un texte majeur de la pen­sée chi­noise : Le Grand Com­men­taire.
  • La Hui­tième Aile pré­sente un pano­ra­ma très com­plet et sys­té­ma­tique de la sym­bo­lique des tri­grammes sui­vant dif­fé­rents points de vue
  • La Neu­vième Aile est une jus­ti­fi­ca­tion de l’ordon­nan­ce­ment des hexa­grammes tel qu’il appa­raît dans le texte cano­nique.
  • Cet ordon­nan­ce­ment semble voler en éclat dans la Dixième Aile qui se carac­té­rise éga­le­ment par une extrême conci­sion.
  • Des Troi­sième et Qua­trième Ailes on a plus tard extrait les Grandes Images pour les inté­grer dans le Texte cano­nique.

Mal-aimées Petites Images

Éga­le­ment pré­sentes dans les Troi­sième et Qua­trième Ailes, les Petites Images 象停 xiang zhuan sont en géné­ral moins appré­ciées des spé­cia­listes. Loin de la puis­sance du Grand Com­men­taire ou de la force d’évocation des tri­grammes et de la Grande Image, elles paraissent effec­ti­ve­ment un peu pâlottes :

Là où les Grandes Images s’appuient sur les élé­ments natu­rels asso­ciés aux tri­grammes pour pro­po­ser un modèle com­por­te­men­tal, les Petites Images ne s’appuient ni sur les tri­grammes ni sur les images natu­relles : elles semblent se limi­ter à une simple expli­ca­tion de texte, pour aider à com­prendre la signi­fi­ca­tion des lignes indi­vi­duelles au sein de leurs hexa­grammes res­pec­tifs et leur contri­bu­tion à l’i­mage glo­bale de l’hexa­gramme et à sa signi­fi­ca­tion.

Au pre­mier regard la dési­gna­tion « Image » ne paraît donc pas appro­priée. …Mais le texte n’est qu’accessoire dans leur pro­pos :

  • Elles com­mencent géné­ra­le­ment par reprendre une ou plu­sieurs expres­sions du texte des traits,
  • qu’elles jus­ti­fient ensuite en évo­quant des « qua­li­tés » (droi­ture, cen­tra­li­té, sou­tien, etc.) que pos­sède le trait.
  • Ces qua­li­tés sont elles-mêmes la plu­part du temps liées à la posi­tion rela­tive du trait dans l’hexagramme et à sa nature « ferme » (trait yang) ou « souple » (trait yin).

Leur sujet prin­ci­pal est donc bien l’Image, la figure de l’hexagramme et la confi­gu­ra­tion des traits. Leur voca­tion est tout d’abord péda­go­gique : elles sont soit mné­mo­tech­niques, soit por­teuses de l’ex­pli­ca­tion de l’en­semble, consi­dé­ré depuis le petit bout de la lor­gnette.

Sens originel du Yi Jing

Comme annon­cé il y a quelques semaines, nous allons bien­tôt entre­prendre la tra­duc­tion de ce qui est jusqu’à aujourd’hui la source la plus influente pour l’interprétation du Livre du Chan­ge­ment : le Zhouyi Benyi « Sens ori­gi­nel du Yi Jing ».

Son auteur, Zhu Xi (1130–1200), fut l’un des savants et phi­lo­sophes chi­nois les plus influents. Repré­sen­tant majeur du néo-confu­cia­nisme, il était fer­me­ment oppo­sé au taoïsme et au boud­dhisme. Ses com­men­taires sur le Yi Jing consi­dèrent, pour chaque hexa­gramme, les textes du Juge­ment, de la Grande Image et des Traits. Et pour ces der­niers il a éga­le­ment com­men­té les Petites Images.

Commençons par finir

Les pages « hexa­gramme » de l’Encyclopédie du Yi Jing pro­po­saient déjà depuis deux ans le texte chi­nois des Petites Images et leur mot à mot en fran­çais : https://www.wen.fr/les-petites-images/

Je vais durant quelques semaines en pro­po­ser les tra­duc­tions « en phrases ».

Elles sont dès aujourd’hui déjà dis­po­nibles pour les 16 pre­miers hexa­grammes !

Nous ana­ly­se­rons ensuite les images, les figures récur­rentes dans ces textes : « Posi­tions cor­res­pon­dantes », « être cen­tral et cor­rect », « sou­te­nir », etc., afin de :

  • avec Zhu Xi, d’en com­men­ter la per­ti­nence
  • ten­ter d’en rec­ti­fier et éclai­rer nos tra­duc­tions et inter­pré­ta­tions
  • iden­ti­fier les lignes direc­trices qui portent cette lec­ture
  • en déduire (peut-être ou au moins par­tiel­le­ment) l’orientation que les auteurs-cura­teurs ont insuf­flé à la ver­sion « cano­nique » par leur sélec­tion des réfé­rences his­to­riques, cita­tions, méta­phores et pro­nos­tics.