Yin Yang

Si l’on adjoint aux deux possibilités (états ?) que peut prendre un trait soit plein soit brisé, les deux phases où il passe d’un “état” à l’autre, on obtient 4 possibles :

  • Trait continu
  • Trait discontinu
  • Mutation du trait continu au trait discontinu
  • Mutation du trait discontinu au trait continu

Après plusieurs phases de raffinement de leur pratique, les devins de l’antiquité associèrent ces formes graphiques ou plutôt la représentation graphique de ces situations énergétiques, de ces moments, à 4 valeurs numériques : 6, 7, 8 et 9.

vieux yin jeune yangLe total des combinaisons possibles lorsqu’on superpose 6 traits conçus suivant cette méthode est 46 , soit 4x4x4x4x4x4 = 4096. Un simple trigramme exprime déjà lui-même 43 soit 4x4x4 = 64 possibilités d’évolution…

Taiji-trigrammes

Cela présente l’avantage d’être complet et délimité, mais se révèle à la fois peu et beaucoup : peu si l’on considère que cela parvient à représenter tout le champ des possibles ; beaucoup pour un esprit humain qui souhaiterait en percevoir à la fois la totalité et les particularités du moment au sein de cette globalité.

Le trait continu est traditionnellement interprété comme yang, le trait discontinu comme yin. Si on les place au même niveau que les phases de mutation on obtient quatre “saisons” théoriquement supposées s’enchaîner cycliquement. Lorsqu’on conserve pour ces saisons la définition usuelle qu’elles ont en rapport à un cycle annuel, on identifie facilement 4 points de bascule qui permettent de les répartir sur l’année. Ces points de bascule sont les deux équinoxes et les deux solstices qui divisent le temps cyclique en 4 périodes a peu près égales en durée. Par exemple le moment de l’année où le jour est au maximum plus long que la nuit correspond au solstice d’été.

Momentum

J’ai utilisé plus haut le terme “moment” : il serait peut-être préférable d’utiliser le mot français d’origine latine momentum. Ce dernier peut bien sûr en effet désigner un moment, c’est-à-dire un court intervalle de temps, voire un instant précis sur une échelle de temps. Mais il indique plus généralement un élan, une impulsion, une incitation. En science physique il correspond à une quantité d’énergie, un mouvement qui conduit soit à un point d’équilibre, soit au contraire à la rupture de cet équilibre. Ainsi parmi les équivalents possibles de momentum nous trouvons : « changement », mais aussi « circonstance ». Notions que l’on pourrait par exemple rapprocher des hexagrammes de situation et de perspective.

momentumNous pouvons donc à travers ce terme exprimer tout à la fois les notions de moment (Moment “juste”), de changement (Livre des Changements), d’élan (Elans créatif et réceptif, traductions admises des titres des deux premiers hexagrammes du Yi Jing, et de fait de la première des deux sections du livre) et pour finir d’incitation (Incitation, traduction admise du titre de premier hexagramme de la seconde section du  Livre des Changements, le 31). Remarquons immédiatement que le second hexagramme de cette seconde section, le 32 “Durée” évoque à la fois les thèmes de la stabilité d’une situation et de l’alternance, du battement interne.

Modélisation

Les spécialistes des grands nombres et de la prédiction scientifique démontrent que les possibilités d’évolution, de stabilisation d’un phénomène se regroupent en 4 grandes familles. Exprimé autrement, pour un système quelconque donné, si on introduit une impulsion, un mouvement, ou si ce système possède déjà au départ une dynamique propre il évoluera inévitablement vers une parmi 4 grandes classes de formes stables …si et tant que l’on ne fait pas intervenir un nouvel événement, une nouvelle perturbation à ce contexte énergétique.

4 Super-modèles

Les 4 grandes familles de types de résultat en modélisation probabiliste sont :

  • Equilibré : Etat stable comme un objet immobile une fois tombé au sol ou l’équilibre hydrostatique des planètes du système solaire.
  • Cyclique : Battement, alternance comme les planètes autour du soleil, la respiration, les battements du cœur, les saisons.
  • Aléatoire : Chaos ; absolument imprévisible (le mot important est “absolument”).
  • Complexe : Indéterminable. Le prix du pétrole semble par exemple lié au développement de l’Économie. Son prix est fixé par les gens qui le détiennent ou jouent en bourse. Or les courbes du développement de l’Économie et du prix du pétrole ne coïncident pas…

Yin-Yang, momentums et modèles (2/3)

CRÉDITS IMAGES : Chine informations / DOMAINE PUBLIC