Les éditions du Relié ont fait paraître en février 2014 le dernier livre d’Alejandro Jodorowsky :

Jodo

Au cours de ces 160 pages, ou plus exactement de ces 64 chapitres, l’auteur s’inspire des hexagrammes du Livre des Changements et en exprime une “Poésophie”:

Marc de Smedt, dans son introduction de deux pages nous explique que la poésophie “…mêle donc l’expérience poétique à la philosophie…”. A. Jodorowsy considère en effet que le Yi Jing relève d’avantage de la poésie pure que des “embrouillaminis égotiques” et nous propose en langage contemporain, chapitre après chapitre, ce qu’évoque selon lui le Livre des Transformations.

Ce sont à la fois le mage et l’artiste qui s’expriment ici. Les exégètes et les sinologues en seront certainement déconcertés : mais nous échappons ainsi par bonheur à la énième tentative de traduction et encore plus au foisonnement habituel des commentaires sur les commentaires. Aucune gymnastique d’interprétation graphique des traits des hexagrammes non plus… La tradition veut que l’on s’appuie sur les œuvres des anciens ? : ici aucune justification des propos : les seules références sont l’ordre des chapitres, le dessin et (parfois) le titre des hexagrammes.

J’avais été très intrigué par la taille monumentale de l’objet telle qu’annoncée sur le site des éditions du Relié : ” Format : 135 x 190 cm”. Voilà un ouvrage qui s’annonçait tout à fait remarquable dans une bibliothèque… Mais quelle déception à l’ouverture du colis de la Poste : il fallait comprendre “13,5 x 19,0 cm” ! Plus en adéquation avec son prix très correct (12,90€ au catalogue).

Lecteur gourmet j’ai, en guise de menu, recherché en vain la Table des Matières. Les mauvais esprits y dénonceraient l’absence de matière… D’autres plus pragmatiques conviendront de son inutilité puisqu’une fois franchie la brève introduction, la mise en page (réalisée par Marie de Smedt) force le repérage visuel : le numéro de l’hexagramme en gros caractères au bas de la page de droite, surmonté du tout aussi imposant mot “Hexagramme” facilite la recherche et nous rappelle s’il le fallait que nous sommes ici en train de considérer une figure à six traits.

AJ1

Dans la même veine, la page de gauche est la plupart du temps totalement réservée au dessin de l’hexagramme et au titre donné par A. Jodorowsky : volonté d’aération ? remplissage ? : chacun jugera… Il est classique d’assimiler le fond blanc des cartes du Tarot de Marseille à un écran vierge, lieu de toutes les projections et capable, par son absence de couleur, de les faire toutes chanter sans les altérer. Il y aurait donc là une opportunité pour l’œil et l’esprit de se poser et faire écho au dessin et au texte ?

A propos des titres des hexagrammes : ce sont tantôt les titres habituels des traductions courantes françaises, tantôt des inventions de l’auteur qui laisseront perplexes les exégètes : ainsi l’hexagramme 24 (Retour) s’appelle ici “Correction”, le 18 (Remédier au corrompu) “Etre et ne pas être”, 64 (Pas encore Traversée) “Notre Mère-Père”… Il est bien possible qu’un prochain article de cette Encyclopédie tente d’analyser en détail l’ensemble de ces différences.

Venons-en maintenant au principal : les textes. Il s’agit vraisemblablement d’une traduction (par Nelly et Alex Lhermillier) d’extraits d’un ouvrage de 328 pages paru au Chili en 2011 : “Ojo de Oro” dont le propos ne semblait initialement pas tourné vers le Yi Jing. J’ai cru comprendre qu’il s’agissait d’une somme d’assertions dont le point commun était la limitation à 140 signes du mode “Tweet” à des fins de concision. D’où certainement le rapprochement possible avec les formules lapidaires du Livre des Transformations.

Un bref extrait “au hasard” :

Hexagramme 32 – Partout complètement
“Pour atteindre ton être réel, cesse de croître là où tu n’es pas. Que le sabot des définitions n’écrase pas l’ascension illimitée de ton être.[…] Libéré des frontières, tu ne reconnaîtras que tes chaussures comme patrie.”

Les spécialistes s’amuseront à comparer son sens (énormément tronqué ici, il faudra acheter l’original) à la traduction donnée par le Centre Djohi des chapitres “Jugement” et “Grande Image” pour le même hexagramme :

ENDURER
Favorisant
Absence de faute
Ténacité profitable
Profitable d’avoir où aller

Tonnerre Vent
ENDURER
L’Etre Accompli ainsi
en se tenant fermement debout
est sans MUTATION dans son orientation

A quoi sert ce livre ? S’il s’agit d’un ouvrage de poésie la question est idiote. Le mot “philosophie” tout seul n’est pas non plus adapté dans son sens usuel.
Si un débutant recherche une réponse “oraculaire” à un questionnement personnel, il devra se reporter à d’autres ouvrages pour d’une part apprendre une méthode de “tirage” autre que l’ouverture du livre au hasard, et d’autre part se référer d’abord à une interprétation classique avant de bénéficier des illuminations du voyant.

A celui qui s’obstine à rester dans le format habituel des traités sur le Yi Jing, le grand maitre du Tarot de Marseille ne livre ici que son interprétation des arcanes majeures du Livres des Changements. Les mutations des six traits des hexagrammes sont classiquement assorties de 386 commentaires spécifiques. Nous proposera-t-il bientôt un second rendez-vous pour une exposition des arcanes mineures ?

ISBN : 978-2-35490-116-5 Les éditions du Relié

Notre bibliographie autour du Yi Jing

CRÉDITS IMAGES (dans l’ordre d’affichage) : Editions du Relié / Alain Leroy.