Le Diagramme de Shao Yong

Rappelons que ce Diagramme est l’œuvre de Shao Yong, numérologue et poète chinois qui vécu au XIIème siècle. Il est constitué d’une structure “céleste” circulaire entourant une structure “terrestre” carrée.
Ce diagramme, de par sa construction, est multidimensionnel. Nous pouvons le considérer tout à la fois comme un Mandala “Palais” avec ses portes et niveaux ou comme une structure cyclique avec ses phases où circulent des “énergies”. D’autres structures internes, encore méconnues, feront, à n’en point douter, leur apparition dans l’avenir car ce diagramme est loin de nous avoir livré tous ses secrets.
Pour l’instant nous allons succinctement nous pencher sur la répartition des hexagrammes nucléaires dans ce diagramme.

Roue de SY

Répartition des Hexagrammes Nucléaires dans le Diagramme

Nucléaires SY

Premier fait remarquable :
Si avec curiosité nous nous penchons sur la structure céleste circulaire afin d’observer comment sont distribués les hexagrammes nucléaires, nous nous apercevons qu’ils sont non seulement couplés de part et d’autre d’un “méridien” central (H1/H2) mais qu’ils le sont aussi en appartenant en quelque sorte au même “parallèle”, ces termes étant bien sur empruntés à la géographie physique. En effet, le découpage en tranches
résultant ressemble fortement au découpage des parallèles terrestres, de l’équateur jusqu’aux deux pôles.
Nous retrouvons ainsi les 16 hexagrammes nucléaires, équitablement distribués dans des bandes, inscrites entre deux parallèles : 8 dans “l’hémisphère nord” et 8 dans “l’hémisphère sud”, chacune contenant 4 hexagrammes ayant le même hexagramme nucléaire. Ce qui nous donne bien 8 x 4 = 32 hexagrammes dans chaque hémisphère. Précisons que la qualification de « Nord » et « Sud » ne correspond pas forcément à la
qualification géographique traditionnelle.
Afin de lire correctement les hexagrammes n’oublions pas que nous avons affaire ici à un diagramme dont la lecture est centrée, c’est à dire qu’elle s’effectue depuis le centre de la figure (ceux de l’hémisphère inférieure sont donc renversés).
Nous avons donc les 16 familles de nucléaires, composées chacune de 4 hexagrammes, réparties du “pôle sud” au “pôle nord”, ces 16 familles étant partagées en deux au niveau de “l’équateur”.

Deuxième fait remarquable :
La distribution “méridionale” des 16 nucléaires s’établit par complémentarité (ou opposition) de part et d’autre de “l’équateur” : 24/44, 27/28, 63/64, 37/40, 54/53, 38/39, 43/23 et 1/2 (de l’équateur aux pôles).

Troisième fait remarquable :
La distribution circulaire des 16 nucléaires s’établit de façon “Polaire” par groupe de 4 hexagrammes de la famille H1 et H2, et de façon “Tropicale” (se situant à quelques 23° de l’équateur dans chaque hémisphère, (comme pour les Tropiques du Cancer et du Capricorne terrestres) par groupe de 4 hexagrammes de la famille H63 et H64. Ces 4 hexagrammes constituant les 4 familles de base des nucléaires (nucléaires des
nucléaires).

Conclusion provisoire
Nous nous bornerons pour l’instant à simplement établir ces constats, sans nous livrer à des analyses et conclusions. Il est indéniable que ces répartitions sont d’un esthétisme certain et font lever en nous-même des questionnements.

CRÉDITS IMAGES : Pierre Lautier.