Encyclopédie

du Yi Jing

Alain Leroy

Le Yi Jing, “Livre des Trans­for­ma­tions” ou “Livre du Chan­ge­ment”, est l’un des plus impor­tants et des plus anciens livres de sagesse chi­noise. D’o­ri­gine cha­ma­nique et divi­na­toire, il est consti­tué de 64 sym­boles, les hexa­grammes, et de com­men­taires qui en expliquent la por­tée.

Le Yi Jing peut-être ques­tion­né avant des déci­sions impor­tantes ou sim­ple­ment lu et médi­té pour s’im­pré­gner de sa sagesse.

L’En­cy­clo­pé­die du Yi Jing est la réfé­rence fran­çaise la plus com­plète sur le Yi Jing. Elle pré­sente en détail tous les aspects du Yi Jing : ses ori­gines, son sym­bo­lisme, et les dif­fé­rentes façons de béné­fi­cier de ses ensei­gne­ments.

Nos dernières publications

Yi Jing et Sacrifice (1/3)

Yi Jing et Sacrifice (1/3)

Georges Saby nous pro­pose aujourd’­hui sa seconde vidéo dédiée aux méthodes de tirage du Yi Jing. La méthode “des baguettes” y est pré­sen­tée en détail durant une quin­zaine de minutes.

lire plus
Vidéo Tirage Baguettes

Vidéo Tirage Baguettes

Georges Saby nous pro­pose aujourd’­hui sa seconde vidéo dédiée aux méthodes de tirage du Yi Jing. La méthode “des baguettes” y est pré­sen­tée en détail durant une quin­zaine de minutes.

lire plus
yi jing

Restez informé(e) par email de nos nouvelles parutions


* vos coor­don­nées ne seront pas uti­li­sées à d’autres fins. Elles ne seront pas non plus trans­mises à des tiers. Vous pour­rez à tout moment et sans jus­ti­fi­ca­tion deman­der à ne plus rece­voir ces mes­sages.


Les Hexagrammes

Texte chi­nois, PinYin et mot à mot
Ana­lyse struc­tu­relle de la figure
Livre ouvert

Qu’est ce que le Yi Jing ?

Le Yi Jing 易經, éga­le­ment connu sous le nom de Livre des Chan­ge­ments, et qui s’é­crit éga­le­ment Yijing, Yi king ou I Ching, est un texte ances­tral chi­nois datant de la dynas­tie Zhou (1000–750 av. J.-C.).

Cet ouvrage unique en son genre pro­pose un sys­tème de divi­na­tion à tra­vers 64 hexa­grammes, eux-mêmes issus de la com­bi­nai­son de deux tri­grammes. Ces sym­boles illus­trent divers aspects de la vie et les prin­cipes les régis­sant, en s’ap­puyant sur les notions fon­da­men­tales de yin et de yang qui struc­turent l’u­ni­vers.

Le Yi Jing offre une pers­pec­tive pour com­prendre et navi­guer dans un monde en constante évo­lu­tion, four­nis­sant des outils pour inter­pré­ter notre des­tin et s’har­mo­ni­ser avec les flux du chan­ge­ment.

Il se dis­tingue aus­si par ses riches com­men­taires phi­lo­so­phiques et éthiques, appor­tés par des figures his­to­riques et intel­lec­tuelles telles que le roi Wen, le duc de Zhou et Confu­cius, sans oublier sa récep­tion en Occi­dent, notam­ment par le tra­duc­teur Richard Wil­helm. Ce guide de sagesse illustre l’im­pact durable du Yi Jing sur la culture et la pen­sée tant orien­tale qu’oc­ci­den­tale.

Com­ment le Yi Jing peut-il éclai­rer et trans­for­mer notre expé­rience de vie à tra­vers la connais­sance, la divi­na­tion et l’a­dap­ta­tion aux flux de l’exis­tence ?

Les principes fondamentaux du Yi Jing

Le concept de Yin et Yang

Le Yi Jing est fon­dé sur le concept de yin et de yang, deux forces à la fois oppo­sées et com­plé­men­taires qui gou­vernent le monde. De façon extrê­me­ment résu­mée, le yin sym­bo­lise le fémi­nin, la pas­si­vi­té, l’obs­cu­ri­té, le froid et le néga­tif, alors que le yang incarne le mas­cu­lin, l’ac­ti­vi­té, la clar­té, la cha­leur et le posi­tif.

Ces deux élé­ments sont en constante évo­lu­tion et inter­ac­tion, engen­drant les mul­tiples chan­ge­ments et trans­for­ma­tions de notre réa­li­té. Ils sont repré­sen­tés dans le Yi Jing par des traits soit conti­nus soit bri­sés, for­mant les tri­grammes et les hexa­grammes.

Les 64 hexagrammes et leur signification

Le Yi Jing est com­po­sé de 64 hexa­grammes, qui sont des com­bi­nai­sons de six lignes yin ou yang. Ces confi­gu­ra­tions repré­sentent diverses situa­tions de vie et les lois qui les guident. Chaque hexa­gramme dis­pose d’un nom, d’une image, d’un juge­ment et de lignes expli­ca­tives, objec­ti­vant son inter­pré­ta­tion et sa pro­gres­sion.

Les hexa­grammes se suivent selon la suc­ces­sion des sai­sons, des élé­ments, des direc­tions et des nombres, et sont inter­con­nec­tés par des liens de paren­té, d’op­po­si­tion, d’in­ver­sion, de déri­va­tion et de muta­tion.

Le rôle des mutations dans les prédictions

Le Yi Jing sert d’ou­til de divi­na­tion, per­met­tant de son­der le des­tin pour déter­mi­ner des réponses appro­priées aux cir­cons­tances actuelles. Pour consul­ter le Yi Jing, on pro­cède au tirage au sort d’un hexa­gramme, en uti­li­sant soit des tiges d’achil­lée mil­le­feuille, soit des pièces de mon­naie.

Ce tirage peut révé­ler des lignes stables ou chan­geantes, ces der­nières pou­vant évo­luer en leur oppo­sé pour créer un nou­vel hexa­gramme. Ces muta­tions illus­trent les dyna­miques de chan­ge­ment et d’é­vo­lu­tion à l’œuvre dans le monde, offrant des pistes d’ac­tion et de trans­for­ma­tion.

Le Yi Jing ne se pré­sente pas comme un oracle de fata­li­té, mais plu­tôt comme un guide de sagesse, inci­tant à vivre en accord avec les prin­cipes natu­rels et à agir en har­mo­nie avec la marche de l’u­ni­vers.

En résumé

Le Yi Jing, aus­si connu sous le nom de Livre des Chan­ge­ments, est un ancien texte de divi­na­tion chi­nois datant de la dynas­tie Zhou et un guide de sagesse. Il est consti­tué de 64 hexa­grammes, les­quels naissent de l’as­so­cia­tion de deux tri­grammes et sym­bo­lisent diverses cir­cons­tances de l’exis­tence ain­si que leurs prin­cipes direc­teurs.

Fon­dé sur le concept du Yin-Yang – forces oppo­sées mais com­plé­men­taires qui dirigent l’u­ni­vers et forment toute chose, le Yi Jing se pro­pose comme une bous­sole pour mieux navi­guer dans la vie.

Ce livre offre des clés pour la divi­na­tion, l’in­ter­pré­ta­tion des évé­ne­ments, et la trans­for­ma­tion per­son­nelle. Il sert d’ou­til pour la prise de déci­sion, la réso­lu­tion de pro­blèmes, le déve­lop­pe­ment per­son­nel et la médi­ta­tion.

Et s’il ne devait y avoir qu’un seul mes­sage déli­vré par le Yi Jing ? : Il nous sug­gère de vivre en accord avec les lois natu­relles et d’agir en syner­gie avec le flux de la vie.

En conclusion

Nous vous encou­ra­geons donc à explo­rer le Yi Jing, à le consul­ter régu­liè­re­ment, à réflé­chir à ses ensei­gne­ments et à les inté­grer dans votre quo­ti­dien. Vous décou­vri­rez alors que le Yi Jing est plus qu’un livre : c’est un guide de voyage qui vous accom­pagne dans votre par­cours de vie et vous dévoile les mys­tères d’un uni­vers en constante évo­lu­tion.

Origine et évolution du Yi Jing

Le Yi Jing, ou Livre des Chan­ge­ments, a vu le jour durant la dynas­tie Shang (1200–1045 av. J.-C.) grâce à un sys­tème de divi­na­tion uti­li­sant les tiges d’a­chil­lée mil­le­feuille. Cette méthode pro­dui­sait des chiffres pairs ou impairs repré­sen­tés par des lignes bri­sées ou conti­nues, créant ain­si des tri­grammes et hexa­grammes.

Ces sym­boles illus­trent les divers états du monde et leurs trans­for­ma­tions, et sont accom­pa­gnés de courtes inter­pré­ta­tions. Ce texte magis­tral, fut tout d’a­bord connu sous le nom de Zhou Yi.

Il est tra­di­tion­nel­le­ment attri­bué à Fu Xi, un per­son­nage légen­daire consi­dé­ré comme le père fon­da­teur de la civi­li­sa­tion chi­noise.

Au fil des siècles, le Yi Jing s’est enri­chi et a évo­lué, béné­fi­ciant, selon la tra­di­tion, des com­men­taires de pen­seurs émi­nents tels que le roi Wen, le duc de Zhou et Confu­cius. Leurs apports, réunis en un recueil nom­mé “les Dix Ailes”, ont trans­for­mé le Yi Jing en un texte à la fois cos­mo­lo­gique et phi­lo­so­phique, le his­sant au rang des clas­siques de la sagesse.

Influence culturelle et historique du Yi Jing

Il a pro­fon­dé­ment influen­cé la pen­sée chi­noise, notam­ment dans des domaines comme le taoïsme, le confu­cia­nisme, le boud­dhisme, ain­si que la Méde­cine Tra­di­tion­nelle Chi­noise.

Par ailleurs, le Yi Jing a fran­chi les fron­tières de la Chine, tou­chant des pays voi­sins tels que la Corée, le Japon et le Viet­nam.

Tout d’a­bord impor­té en Occi­dent par les let­trés Jésuites, il a été redé­cou­vert au début du XXe siècle grâce à Richard Wil­helm, un tra­duc­teur alle­mand, dont l’ou­vrage fut salué par le psy­cha­na­lyste Carl Jung. Le Yi Jing a ensuite cap­ti­vé une audience variée, allant des artistes aux scien­ti­fiques en pas­sant par les cher­cheurs spi­ri­tuels, tous séduits par sa sym­bo­lique et sa pro­fon­deur.

Le Yi Jing dans la vie quotidienne

Le Yi Jing comme outil de divination ?

Si on le consi­dère comme un outil de divi­na­tion, le Yi Jing per­met d’explorer le des­tin pour trou­ver des réponses adap­tées aux situa­tions actuelles. Plus qu’un livre pré­di­sant le futur, il est un guide de sagesse, encou­ra­geant à suivre les prin­cipes natu­rels et à agir en har­mo­nie avec le monde.

Le Yi Jing pour la prise de décision et la résolution de problèmes

Le Yi Jing sert aus­si d’outil déci­sion­nel et de réso­lu­tion de pro­blèmes en éclai­rant les déci­sions à prendre. Il aide à exa­mi­ner les situa­tions sous dif­fé­rents aspects, en éva­luant les forces et fai­blesses, ain­si que les oppor­tu­ni­tés et les risques. Offrant une com­pré­hen­sion du monde en constante évo­lu­tion, il per­met d’anti­ci­per et de s’a­dap­ter aux chan­ge­ments, encou­ra­geant une démarche proac­tive.

Exemples concrets de l’application du Yi Jing dans la vie de tous les jours

Quelques exemples fré­quents d’utilisation du Yi Jing :

  • Pour un dilemme pro­fes­sion­nel ou un inves­tis­se­ment immo­bi­lier il peut gui­der sur la direc­tion à prendre, l’at­ti­tude à adop­ter, et les risques et béné­fices poten­tiels.
  • En amour ou ami­tié, il peut orien­ter sur le type de par­te­naire idéal et le main­tien de rela­tions har­mo­nieuses.
  • Face au stress, à l’an­goisse ou à la dépres­sion, il offre sou­vent des clés pour com­prendre l’origine du mal-être et retrou­ver équi­libre, confiance et joie de vivre.
  • Dans la quête spi­ri­tuelle, il éclaire sur le sens de l’existence, la mis­sion de vie, la connexion à l’univers, ain­si que le déve­lop­pe­ment de l’intuition et de la créa­ti­vi­té.

Le Yi Jing pour le développement personnel et la méditation

Le Yi Jing est un livre… Il peut donc être lu sans pers­pec­tive de divi­na­tion, en l’ou­vrant au hasard ou en l’é­tu­diant et le médi­tant de manière plus sys­té­ma­tique.

En tant qu’outil de déve­lop­pe­ment per­son­nel et de médi­ta­tion, le Yi Jing faci­lite la connais­sance de soi, la trans­for­ma­tion per­son­nelle et l’épanouissement. Il pro­pose une vision glo­bale de l’être, tenant compte des aspects phy­sique, émo­tion­nel, men­tal et spi­ri­tuel. Révé­lant les poten­tiels et les défis indi­vi­duels, il ins­pire une manière de vivre ali­gnée sur sa propre essence, ses valeurs et ses aspi­ra­tions, et peut encou­ra­ger une médi­ta­tion active par l’ob­ser­va­tion, la réflexion et l’ap­pli­ca­tion pra­tique des ensei­gne­ments dans la vie quo­ti­dienne.

L’En­cy­clo­pé­die du Yi Jing pro­pose une Expé­rience Aug­men­tée de ces excur­sions livresques : Dans la majeure par­tie des pages, cli­quer sur les carac­tères chi­nois conduit à l’éty­mo­lo­gie et aux dif­fé­rents sens de ces carac­tères, (près de 2 000 fiches !) mais aus­si aux tra­duc­tions des prin­ci­paux auteurs fran­çais. Les liens vers les autres occur­rences de ce terme dans le texte cano­nique ou ses annexes per­mettent alors de pro­lon­ger la pro­me­nade à l’in­fi­ni.